Longues peines

Livre

Teulé, Jean. Auteur

Edité par Pocket. Paris - 2011

Voir la collection «Pocket»

Autres documents dans la collection «Pocket»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Bienvenue parmi les ignobles | Teulé, Jean. Scénariste

Bienvenue parmi les ignobles

Livre | Teulé, Jean. Scénariste | Delcourt productions. Paris | 2014

Charly 9 | Teulé, Jean. Auteur

Charly 9

Livre | Teulé, Jean. Auteur | Julliard. Paris | 2011

Charly 9 | Teulé, Jean. Auteur

Charly 9

Musique audio | Teulé, Jean. Auteur | Audiolib | 2011

Comme une respiration... | Teulé, Jean. Auteur

Comme une respiration...

Livre | Teulé, Jean. Auteur | Julliard. Paris | 2016

Entrez dans la danse | Teulé, Jean. Auteur

Entrez dans la danse

Livre | Teulé, Jean. Auteur | Julliard. Paris | 2018

Fleur de tonnerre | Teulé, Jean. Auteur

Fleur de tonnerre

Livre | Teulé, Jean. Auteur | Julliard. Paris | 2013

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Surprenant 3/5

    Le monde carcéral, sujet difficile et portant à la réflexion est traité par l’auteur d’une façon baroque, avec une touche d’humour voire de poésie. Il nous dépeint des personnages, attachants souvent, côté surveillants (es) comme côté détenus (es). Leur vie d’avant la prison, leurs actes parfois terribles condamnés par la société, qui ne les rendent pas moins humains avec leurs émotions, leurs sentiments pouvant surprendre, étonner, attendrir. L’on ne peut que sourire, parfois, à certaines situations qui peuvent nous sembler cocasses mais qui sont dramatiques. Prison tenue par un directeur, investi dans le rôle du « clown blanc » par amour envers sa femme, perturbée mentalement après plusieurs fausses couches et par manque viscéral d’enfants. Cet univers carcéral avec toutes les horreurs qu’il contient, la violence latente, la peur, le suicide, le viol, la folie… est bien sombre et étouffant. Une petite lueur quand même avec une certaine amitié pouvant se créer, voire une forme d’amour. En filigrane, on perçoit la limite, faille, d’un système pénitentiaire ne pouvant apporter une certaine aide pouvant faciliter le retour à la vie « dehors », lors d’une libération. Les difficultés psychologiques sont pratiquement identiques pour les surveillants (qui peuvent aussi se sentir « incarcérés ») car soumis à une grande pression, à un grand stress, même s’ils peuvent rentrer le soir chez eux.

    par Oriane Le 16 juin 2020 à 12:51