Les plus consultés

Cinéma: Les Plus Grands Hits : 40 Tubes de B.O. de films | Smith, Will

Cinéma: Les Plus Grands Hits : 40 Tubes de B....

Musique audio | Smith, Will | Sony | 1999

Numéro 1: Gilbert Bécaud-Par Maritie & Gilbert Carpentier-DVD | Bécaud, Gilbert (1927--2001). Auteur

Numéro 1: Gilbert Bécaud-Par Maritie & Gilber...

Vidéo | Bécaud, Gilbert (1927--2001). Auteur | Ina | 1980

Aventures | Calvino, Italo

Aventures

Livre | Calvino, Italo | Seuil. Paris | 2001

Cerrone 3: Supernature | Cerrone

Cerrone 3: Supernature

Musique audio | Cerrone | Universal | 1977

L' Abeille et le papillon | Salvador, Henri (1917-2008). Compositeur. Interprète

L' Abeille et le papillon

Livre | Salvador, Henri (1917-2008). Compositeur. Interprète | D'Anella. Paris | 1952

100 Tubes Maxi 80's Français, Vol. 5 & 6: Slows & La Folie | Feldman, François

100 Tubes Maxi 80's Français, Vol. 5 & 6: Slo...

Musique audio | Feldman, François | Wagram | 2009

Numéro 1: Michel Berger-Par Maritie & Gilbert Carpentier-DVD | Berger, Michel (1947-1992). Auteur

Numéro 1: Michel Berger-Par Maritie & Gilbert...

Vidéo | Berger, Michel (1947-1992). Auteur | Ina | 1976

Le Bonheur en prime | Boysson, Emmanuelle de. Auteur

Le Bonheur en prime

Livre | Boysson, Emmanuelle de. Auteur | Flammarion. Paris | 2014

Les Vacances d'un serial killer | Monfils, Nadine. Auteur

Les Vacances d'un serial killer

Livre | Monfils, Nadine. Auteur | Belfond. Paris | 2011

Un jour viendra couleur d'orange | Delacourt, Grégoire. Auteur

Un jour viendra couleur d'orange

Livre | Delacourt, Grégoire. Auteur | Grasset. Paris | 2020

L' escapade du bonhomme de neige | Somers, Nathalie. Auteur

L' escapade du bonhomme de neige

Livre | Somers, Nathalie. Auteur | 400 coups. Montréal (Canada) | 2010

Là où nous avons raison | Gour, Batya

Là où nous avons raison

Livre | Gour, Batya | Gallimard. Paris | 2000

Izmir | Vendamme, Patrick

Izmir

Livre | Vendamme, Patrick | Flammarion. Paris | 2001

Meurtre au Philharmonique | Gour, Batya

Meurtre au Philharmonique

Livre | Gour, Batya | Fayard. Paris | 1997

Les Murmures | Connolly, John. Auteur

Les Murmures

Livre | Connolly, John. Auteur | Presses de la cité. Paris | 2011

Derniers commentaires

  • L'Inconnue du 17 mars |

    L'Inconnue du 17 mars Van Cauwelaert, Didier. Auteur

    Fiction... ou pas 3/5 Un livre au cœur de notre temps, sur une actualité qui risque de nous accompagner encore un moment (je pense que vous devinerez ce dont il s’agit !). ... Voir plus Un livre au cœur de notre temps, sur une actualité qui risque de nous accompagner encore un moment (je pense que vous devinerez ce dont il s’agit !). C’est une aventure entre réalité et irréalité que nous suivons avec un mélange de fantastique et d’originalité. Il est important que chacun ouvre ses chakras, sorte de ses convictions propres et ouvre la porte de son imaginaire. Cette fiction n’est pas aussi anodine que ce qu’on pourrait penser, elle alerte sur les dysfonctionnements de notre système, sur l’utilisation de nouvelles technologies dont on ne connaît pas encore les effets secondaires… Mais notre ami "virus" n’est pas la vedette de l’histoire, la cause en est l’élément constitutif (qui, pourquoi, comment). C’est une balade réflexive et divertissante qui nous oblige à repenser notre monde, notre système de consommation, nos habitudes de vie pour tenter de sauver cette belle planète… et nous-mêmes. Voir moins Oriane - Le 27 novembre 2020 à 16:58
    Mercure |

    Mercure Nothomb, Amélie

    Secret 3/5 Intrigue séduisante et réflexion intéressante sur le sens donné à l’amour, quand celui-ci pour exister, possède, séquestre, emprisonne, manipule, trav... Voir plus Intrigue séduisante et réflexion intéressante sur le sens donné à l’amour, quand celui-ci pour exister, possède, séquestre, emprisonne, manipule, travesti la vérité… Et qui, d’une certaine façon, en excluant égoïstement la pure beauté du monde extérieur et d’une vie choisie, protège… Où se trouve cette vérité quand chacun ressent, perçoit, vit sa réalité à travers ses propres émotions, sentiments. Les différentes façons de penser de chaque personnage peuvent toutes être recevables. Cela dépend, comme souvent, du point de vue duquel on se place pour concevoir, appréhender, imaginer une autre tangibilité. Deux fins nous sont proposées… deux choix... conviennent-ils ! Ecriture très fluide, comme toujours… lecture agréable, simple. Voir moins Oriane - Le 27 novembre 2020 à 16:56
    Désir |

    Désir Sollers, Philippe. Auteur

    Distinct 3/5 Où je découvre ce philosophe inconnu pour moi et méconnu, Louis-Claude de Saint-Martin. L’auteur chemine entre la pensée de cet homme et la sienne, en... Voir plus Où je découvre ce philosophe inconnu pour moi et méconnu, Louis-Claude de Saint-Martin. L’auteur chemine entre la pensée de cet homme et la sienne, entre notre civilisation ancienne et notre civilisation moderne (si on peut réellement la nommer ainsi !). Le désir (illuminisme-espérance) et le contre désir ("novaleur"-matérialisme) définissent ce livre. On passe d’un thème d’actualité à un autre en étant transporté dans l’Histoire passée afin de nous faire réfléchir et surtout mieux saisir notre Histoire actuelle. Serions-nous proche d’une prochaine révolution, qu’elle qu’en soit sa forme ! Tout est dans l’immédiateté, l’instantané (par les réseaux sociaux en particulier). Qui cherche, qui rêve, qui existe, qui vit réellement dans cette société en liquéfaction, sur cette terre mourante. On traverse le temps sans bien savoir ce qu’on attend vraiment de l’existence. Ce temps qui passe, qui nous gouverne, qu’on craint, qui nous tue. Le style est parfois ironique, parfois grave, parfois léger, parfois humoristique. Sa plume, nuancée, agile, précise est un vrai plaisir de lecture. Je n’avais encore jamais lu Sollers, ce livre inopiné me laisse quand même une étrange sensation. Voir moins Oriane - Le 26 novembre 2020 à 11:48
    Le Mystère Fulcanelli |

    Le Mystère Fulcanelli Loevenbruck, Henri. Auteur

    Esotérique 3/5 Après "Le rasoir d’Ockham" et "Les cathédrales du vide", "Le mystère Fulcanelli" est donc le dernier opus des aventures d’Ari (sauf bien sûr si HL déc... Voir plus Après "Le rasoir d’Ockham" et "Les cathédrales du vide", "Le mystère Fulcanelli" est donc le dernier opus des aventures d’Ari (sauf bien sûr si HL décide de poursuivre l’aventure avec lui, ce que j'aimerais !). Ce n’est en tout cas pas celui qui m’aura le plus intéressé, sur un point uniquement. J’ai tout simplement trouvé que l’enquête n’était qu’un faire-valoir à la recherche de la vérité sur ce fameux "Fulcanelli". Elle n’est pas de la même intensité que dans les deux premiers romans. MAIS, car il y a toujours un mais et j'y tiens, l’histoire de ce personnage mystérieux m’a enchanté et transporté dans ces univers méconnus que sont l’hermétisme, l’ésotérisme, l’alchimie, le symbolisme, certains cercles fermés… S’entremêlent la soif de connaissance et la recherche de la vérité, le crime, l’aventure, l’amour et surtout l’Histoire… Travail d'érudit et passionnant, qui nous amène à tenter de trouver ce subtil équilibre entre le mystère qui perdure au fil des siècles (et qui a l’air de toujours entourer certains personnages célèbres, quel que soit leur art au sens large) et notre monde contemporain, qui oublie parfois de "rêver". En fait HL aurait pratiquement pu transformer cet ouvrage en traité. Sa plume est fluide, accessible, compréhensible, comme d’habitude dirai-je ! Voir moins Oriane - Le 22 novembre 2020 à 14:55
    Le Cercle des menteurs : contes philosophiques du monde entier |

    Le Cercle des menteurs : contes philosophiques du monde entier Carrière, Jean-Claude. Auteur

    Voyage 3/5 JCC nous emmène dans un tour du monde à la découverte de contes, récits, apologues. Ces mythes, parfois sibyllins, nous portent à la réflexion et nous... Voir plus JCC nous emmène dans un tour du monde à la découverte de contes, récits, apologues. Ces mythes, parfois sibyllins, nous portent à la réflexion et nous amènent à philosopher. La transmission et la finalité de toutes ces histoires universelles (parfois légères, parfois cruelles) et qui ont traversé les siècles, est de nous faire nous interroger sur ce qu’est le monde, sur ce qu’est l’Homme, sur ce que nous sommes, car chacune contient en elle un message perspicace (souvent empreint d’une certaine sagesse). On rit occasionnellement, on sourit quelquefois. De la sagesse, de la délicatesse et de l’humanité parcourent ce livre. C’est un beau voyage initiatique et didactique, lorsqu’on aime les contes bien sûr ! Voir moins Oriane - Le 19 novembre 2020 à 13:53
    Anomalie |

    Anomalie Roussel, Gaëtan - chanteur de Louise Attaque

    Déconcertant 4/5 Découverte de Hervé Le Tellier avec ce roman (surprenant, troublant, énigmatique, inventif, décapant, ironique…) qui nous mène par le bout du nez à tr... Voir plus Découverte de Hervé Le Tellier avec ce roman (surprenant, troublant, énigmatique, inventif, décapant, ironique…) qui nous mène par le bout du nez à travers un dédale labyrinthique nous forçant à nous interroger sur notre identité, sur ce que nous sommes, sur notre réalité. A mi-chemin entre la science, la science-fiction, la philosophie, le fantastique, le surréalisme… il nous amène au plus profond d’un questionnement capital à porter sur nous-mêmes, dans une rencontre et/ou confrontation entre soi et "soi "(ou inversement), la fameuse "Inquiétante étrangeté" ! et nous sommes embarqués (c’est le cas de le dire) aux limites de l’irréel dans une autre dimension, une autre réalité. L’auteur nous amène à douter, à remettre en cause certaines de nos certitudes, certaines de celles sur lesquelles nous nous appuyons pour "survivre", car vivons-nous réellement notre vie. La vérité n’est-elle pas pure illusion, faux-semblant, simulacre ! La mort qui définit toute vie (n’est-ce pas "l’obsolescence programmée"), serait-elle un éternel recommencement peu importe notre "origine" et sans entrer dans le débat théologique ? That is the question ! Il glisse en parallèle des sujets parfois sensibles comme la maladie, la mort, les abus sexuels, l’amour, l’environnement, la violence, les dissimulations et les jeux politiques… avec beaucoup de subtilité. Richesse de l’écriture qui rend la lecture accessible et compréhensible (malgré un angle de temps à autre quelque peu énigmatique), en distillant avec finesse émotion, humour, tragédie. En m’intéressant de plus près à Hervé Le Tellier, j’ai appris sur le mouvement littéraire "l’Oulipo" et bien sûr sur l’homme et son œuvre. Voir moins Oriane - Le 13 novembre 2020 à 11:48
    L' Affaire du "Yanagiyu" : et autres récits étranges |

    L' Affaire du "Yanagiyu" : et autres récits étranges Tanizaki, Junichirô

    Enigmatique 3/5 Sept nouvelles qui nous amènent parfois à la limite du fantastique, de l’occulte, de la folie, et qui sont souvent empreintes de poésie, de philosophi... Voir plus Sept nouvelles qui nous amènent parfois à la limite du fantastique, de l’occulte, de la folie, et qui sont souvent empreintes de poésie, de philosophie, d’ésotérisme. C’est une mayonnaise réussie dont les ingrédients se composent de haine, de rancune, de rancœur, de jalousie, d’obsession, de frustration, de violence… ah l’esprit humain est un labyrinthe très complexe ! L’amour total et sans contrepartie n’est-il qu’une chimère, fantasmée sur des désirs égoïstes, lui qui ne débouche le plus souvent que sur la mort (surtout d’autrui !). L’art doit-il pour exister être sublimé dans la folie, la perte de soi ! Doit-on dissocier l’esprit, l’âme du corps pour éprouver véritablement la plénitude, se décorporer pour atteindre un monde inconnu, s’élever vers le "nirvana" et ne plus faire qu'"un" avec le "grand tout" ! L’image crée-t-elle une existence propre et peut-elle remplacer le modèle vivant ! Réflexions, descriptions de la nature humaine lorsque tous les ingrédients inavouables dominent l’homme et provoquent le pire, à travers diverses situations improbables, étranges, déroutantes. On s’interroge également sur ce qui pousse réellement l’individu à "être", à respirer, à exister, à se détruire et à détruire (sous un angle philosophique). L’écriture est délicate et subtile. Je dois dire que ma pensée s’est occasionnellement promenée chez Lovecraft et/ou Poe. Voir moins Oriane - Le 10 novembre 2020 à 14:47
    Un cri sous la glace |

    Un cri sous la glace Grebe, Camilla. Auteur

    Frissons 3/5 Bon thriller psychologique. Suite à différents traumatismes vécus dans leur enfance, les personnages sont en perte de repère. Leurs personnalités et ... Voir plus Bon thriller psychologique. Suite à différents traumatismes vécus dans leur enfance, les personnages sont en perte de repère. Leurs personnalités et leurs fêlures qui transparaissent sont dépeintes subtilement et distillées par petites touches successives. N’ayant pu se construire normalement, ils ne vivent et ne se vivent pas pleinement. Chacun est en souffrance, en détresse, éprouvant au fond, une grande solitude. On navigue parmi les aspects les plus sombres de l’attachement, de l’amour… Les thèmes de la culpabilité, la peur de l’engagement, la peur des responsabilités, l’absence ou le manque d’amour, le contrôle de l’autre… la peur de la maladie et de ses conséquences, sont décrits avec tact. Il ne faut pas, bien sûr, en oublier l’enquête, ménageant réflexion et suspens. En dire plus serait vous faciliter la tâche dans votre cogitation, amis (ies) lecteurs/lectrices. Voir moins Oriane - Le 10 novembre 2020 à 14:43
    La Vraie vie |

    La Vraie vie Dieudonné, Adeline. Auteur

    Efficace 3/5 C’est une zone d’inconfort dans laquelle on pénètre à travers cette histoire dans l’univers sombre et noir d’une famille dysfonctionnelle. Le côté par... Voir plus C’est une zone d’inconfort dans laquelle on pénètre à travers cette histoire dans l’univers sombre et noir d’une famille dysfonctionnelle. Le côté parfois drôle, ironique, tendre, apportent un léger souffle récupérateur dans une atmosphère brutale et sans concession. C’est un drame social, comme il en existe tant (violences conjugales du père, qu’on comprend très tourmenté, subies par une mère "absente" et sans substance et un petit frère en souffrance suite à un choc psychologique).Au sein de cette ambiance malsaine et pour ramener le sourire sur les lèvres de son jeune frère, elle décide de changer le passé. Elle va donc s'investir scolairement et devenir une brillante élève. Pour se libérer et survivre dans cet environnement elle décide de devenir une battante, de combattre pour être forte, résistante, "enragée", aguerrie. Ce sera sa plus grande décision. On décèle quand même, au final, une fêlure cachée quelque part au fond de sa personnalité… qui pourra, un jour, en cas de nécessité, réveiller en elle son côté sombre et peut-être inquiétant ! Au final, la symbolique de la "vraie vie", celle où l’adulte aime, accompagne, soulage… celle sans tragique, sans drame, sans violence… est ce dont rêve l’enfant ! Préservons un semblant de poésie et d'innocence ! Voir moins Oriane - Le 04 novembre 2020 à 09:44
    Cristallisation secrète |

    Cristallisation secrète Ogawa, Yôko. Auteur

    Enigmatique 4/5 Sous la forme d’une allégorie, d’une parabole, d’une métaphore, on navigue dans un univers étrange, mystérieux, dérangeant et surtout fugace. Régulièr... Voir plus Sous la forme d’une allégorie, d’une parabole, d’une métaphore, on navigue dans un univers étrange, mystérieux, dérangeant et surtout fugace. Régulièrement les choses, les objets, les minéraux, les animaux… s’évaporent. Ces disparitions successives effacent les souvenirs et la mémoire de ce qui a été. L’effacement mémoriel et intégral de ce qui a disparu se fait dans une indifférence et une acceptation générales, peut-être parce que chaque événement arrive lentement mais inexorablement. Que peut devenir une société, une civilisation, que peut-il en rester, si l’homme, par l’oubli total (des sens, des sentiments, du savoir, des connaissances, de la culture au sens large…) perd son langage (à quoi peut-il servir si toutes les émotions sont perdues), et perd jusqu’à sa propre enveloppe charnelle en ne subsistant qu’à l’état d’évanescence. Le concept même d’existence a-t-il encore un sens. Face au totalitarisme et à la fatalité prise comme normalité et évidence, comment combattre, se rebeller, se révolter, lutter contre une condition humaine imposée. Un zeste de soumission, un zeste d’acceptation, un zeste de peur (individuelle et collective), peuvent-elles tout justifier et expliquer (sachant bien sûr qu’il y a toujours une forme de résistance face à l’absolutisme). Questionnement philosophique en soi. Comme beaucoup de livres de science-fiction souvent visionnaires sur un futur angoissant, ce roman le serait-il également ? Cela ne ressemblait-il pas à notre civilisation qui se décompose, se fragmente, se désagrège, se délite… OUPS ! C’est une sensation assez étrange qui m’a accompagnée tout au long de cette lecture, à travers cette atmosphère déconcertante et pourtant poétique et parfois attendrissante. J’aime beaucoup le titre d’ailleurs, j’en ai mieux compris le sens à la fin de l’histoire. Voir moins Oriane - Le 02 novembre 2020 à 11:46
    La Fuite du cerveau |

    La Fuite du cerveau Gomont, Pierre-Henry. Scénariste. Illustrateur

    Original 3/5 Je continue à découvrir un style de bande dessinées différent des BD habituelles par le dessin de grande qualité et par l'écriture qui pourrait quasi ... Voir plus Je continue à découvrir un style de bande dessinées différent des BD habituelles par le dessin de grande qualité et par l'écriture qui pourrait quasi se rapprocher d'un roman. Sous la légèreté de ton de cette histoire singulière, parfois loufoque, burlesque, déjantée, se cache de vraies questions éthiques dans l'univers des chercheurs concernant en particulier le domaine de la manipulation génétique, des expériences sur l'homme et de la recherche sur le cerveau humain. Cela reste sur un ton comique, frais, enlevé, vif (malgré la gravité du sujet), avec de l'action, du rebondissement, de l'émotion. Voir moins Oriane - Le 30 octobre 2020 à 18:02
    Beaumarchais : un aventurier de la liberté |

    Beaumarchais : un aventurier de la liberté Orsenna, Erik

    Mitigée 2/5 Je ne connaissais pas du tout la vie de Beaumarchais ni son œuvre d’ailleurs, qui a priori ne me passionnait pas (devrais-je avoir honte !). L’Homme e... Voir plus Je ne connaissais pas du tout la vie de Beaumarchais ni son œuvre d’ailleurs, qui a priori ne me passionnait pas (devrais-je avoir honte !). L’Homme en revanche m’a intrigué. Cet esprit aventureux, épris de liberté, à multiple facettes (pas toujours positives certes, mais tout un chacun est concerné par cette ambivalence), éclectique est malgré tout attachant. Que de péripéties aura-t-il vécu. Dommage que cette biographie soit restée sommaire, en surface et peu détaillée (c’est en tout cas mon ressenti). Beaumarchais était certainement un personnage plus complexe que ce qui est décrit dans ce livre. Parmi d’autres, je ne connaissais par « l’anecdote » sur sa participation à la volonté d’indépendance des Etats-Unis (cette partie de l’Histoire franco-américaine m’intéressant). Cela étant dit, je suis restée un peu sur ma faim, le côté positif étant que ma curiosité ayant été attisée je vais m’intéresser de plus près à cet homme. Voir moins Oriane - Le 30 octobre 2020 à 17:29
    L' Oracle della Luna : le tragique et mystérieux destin de Giovanni Tratore |

    L' Oracle della Luna : le tragique et mystérieux destin de Giovanni Tratore Lenoir, Frédéric. Auteur

    Eclairé 4/5 Magnifique intrigue ! malgré quelques longueurs au fil de l'eau. Historique, initiatique, picaresque, religieux. Roman fleuve humaniste, mystique, acc... Voir plus Magnifique intrigue ! malgré quelques longueurs au fil de l'eau. Historique, initiatique, picaresque, religieux. Roman fleuve humaniste, mystique, accompagné d'une grande sagesse, d'une grande intelligence et d'une grande force spirituelle, morale. Que d'émotions, que d'aventures, que de rebondissements, que de bruits, que de violences, mais que d'amour, de tendresse, de compassion, de don de soi. Découvrir l'astrologie sous un angle rationnel et cartésien est passionnant. Cette science malmenée et décriée par la chrétienté qui refuse (jusqu'à vouloir éliminer tout adepte) l'éventualité de penser que le destin dirige l'Homme, le Monde et qu'elle pourrait permettre de "deviner" le futur donc d'agir sur lui (ce qui remettrait profondément en cause l'influence "divine" qui seule doit diriger l'Homme). L'Homme pourrait-il, du coup, influer sur son destin, son libre-arbitre pourrait-il changer le cours de sa destinée, empêcher ce qui est prédestiné (en fonction d'une certaine conjonction des astres, à un moment précis !). Mieux concevoir et comprendre, grâce aux connaissances de FL, les diverses religions de cette époque puissante, dense, a été riche d'enseignement pour moi. Hélas, comme d'habitude, l'Homme par son désir de pouvoir, de domination, par son ambition, par sa cupidité, par sa vénalité, a détruit ce qui aurait pu devenir une humanité spirituelle portée vers l'évolution de chaque individu. Si grande est la peur de la vie, de lui faire face, de l'affronter sans se cacher derrière une quelconque croyance (quelle qu'elle soit) serait-elle donc si forte qu'elle pousserait l'Homme à se tourner vers la destruction et la fureur afin de se voiler la face ! Lecture très agréable, palpitante, généreuse, divertissante, empreinte de connaissance et d'érudition, cela a été un plaisir de suivre ce cheminement intellectuel, spirituel, philosophique, assortie d'une belle et pure histoire d'amour. Voir moins Oriane - Le 30 octobre 2020 à 17:23
    Le Voyage du canapé-lit |

    Le Voyage du canapé-lit Jourde, Pierre. Auteur

    Thérapie 3/5 Ce récit, évoquant ses souvenirs de jeunesse et de famille à travers le convoyage de ce fameux canapé-lit (avec son frère et sa belle-sœur), est parfo... Voir plus Ce récit, évoquant ses souvenirs de jeunesse et de famille à travers le convoyage de ce fameux canapé-lit (avec son frère et sa belle-sœur), est parfois abracadabrant, parfois burlesque, parfois cocasse, parfois caustique, parfois acéré. Sa ressouvenance à travers de multiples anecdotes et son autodérision dissimulent ce regard désenchanté, désabusé peut-être, qu’il porte sur le monde, sur les Hommes, sur la société. On ressent de l'émotion, de la délicatesse et une grande affection lorsqu'il évoque sa mère en particulier (mal aimée par sa propre mère). Il porte en lui ce poids familial dont il est toujours difficile de se libérer. Ce qu'il tentera en étant, délibérément, en "décalage", en "déphasage" face aux événements et aux situations qu'il abordera. Première lecture de Pierre Jourde, que je découvre. Légèrement dans l’expectative suite à cette lecture, malgré un démarrage incisif. Il me faudra lire au moins un autre roman et mon choix se portera sur "Visages du double" ce thème m’intéressant particulièrement. Voir moins Oriane - Le 30 octobre 2020 à 17:19
    La Voleuse de livres |

    La Voleuse de livres Zusak, Marcus. Auteur

    Fable 4/5 Il est des livres qui, lorsque nous avons le bonheur de les croiser (ah ! et si la réciprocité était possible...), peuvent nous bouleverser. Ce roman ... Voir plus Il est des livres qui, lorsque nous avons le bonheur de les croiser (ah ! et si la réciprocité était possible...), peuvent nous bouleverser. Ce roman m’a émue. C’est, au-delà du thème, au-delà de l’histoire et de l’Histoire, déchirant, tragique, poétique, sensible… En franchissant la porte de ce roman, en y pénétrant, je l’ai vécu "de l’intérieur", j’y ai espéré, j’y ai désespéré, j’ai été affligée, écœurée, j’y ai éprouvé et ressenti tous les sentiments vécus par chacun des personnages, toutes leurs émotions, ce qu’ils ont pu subir, ce qu’ils ont pu endurer (la peur, la faim, la souffrance physique et psychologique…). Et pourtant… on continue à croire en l’Homme et en l’Humanité et on s’imprègne de toute l’immense saveur qu’il contient. Ce n’est pas tous les jours que je découvre une "pépite". Faire parler "La Mort", actrice et narratrice de tous ces événements est atypique. Elle suit les personnages, elle attend, elle voit mais jamais ne juge, elle soulage, elle entend, elle comprend, elle est parfois attendrie, elle est compatissante, ressentant de la sympathie envers cette humanité si souvent fragile… elle est parfois plus humaine que l’humain… "La Mort" est une anticonformiste née ! Faire parler "Les Mots", les mots destructeurs, qui peuvent soumettre, conditionner, tuer, condamner, porter le tragique et la douleur, mais aussi transporter et apporter douceur, amour, amitié, bonté, beauté... acheminer rêve, réconfort, consolation et surtout libérer et élever l’âme… Découvrir la puissance des livres, des mots… leur force de transmission, leur impact sur l’esprit. Encore faut-il, pour certains, les aborder avec une grande ouverture d’esprit et conserver, toujours, sens critique et discernement. J’ai donc refermé la porte de ce roman en éprouvant une douce mélancolie à devoir quitter ces personnages et leur univers. Voir moins Oriane - Le 30 octobre 2020 à 17:14
    L'Homme craie |

    L'Homme craie Tudor, C. J.. Auteur

    Alternance 3/5 Cette intrigue navigue entre présent et passé, entre rêve, cauchemar et réalité, entre souvenirs d’enfants et événements inquiétants. Histoire d’amiti... Voir plus Cette intrigue navigue entre présent et passé, entre rêve, cauchemar et réalité, entre souvenirs d’enfants et événements inquiétants. Histoire d’amitié entre une bande de gamins qui partagent mal-être, drame, tension familiale… Une forme de malaise plane en permanence par l’utilisation de sous-entendus distillés tout au long de l’histoire, chaque personnage ayant tous leur part d’ombre dès leur enfance. Sont évoqués également certains thèmes comme l’avortement, la religion, la maladie, l’intolérance… Et ces dessins à la craie blanche (qu’on sent crisser, nous ramènent en classe et aux souvenirs d'école, face à cet inoubliable tableau noir !!!) accompagnent la tragédie et apportent doute, interrogation et malaise. C’est aussi une certaine nostalgie de l’enfance qui nous rattrape, une certaine innocence… quoi que… Voir moins Oriane - Le 25 octobre 2020 à 17:56
    Journal d'un amour perdu |

    Journal d'un amour perdu Schmitt, Eric-Emmanuel. Auteur

    Hommage 3/5 Ce livre est un superbe hommage envers sa mère tant aimée et dont la perte va le consumer intérieurement. Inconsolable suite à ce décès, EES s’ouvre t... Voir plus Ce livre est un superbe hommage envers sa mère tant aimée et dont la perte va le consumer intérieurement. Inconsolable suite à ce décès, EES s’ouvre totalement sur cette souffrance qui le traverse. Au-delà de son immense chagrin il va s’obliger à retrouver le chemin du bonheur, afin de continuer à être heureux (répondant ainsi au "diktat"» maternel). Nous le suivons dans ce cheminement éprouvant psychologiquement et très personnel. Un long chemin composé de larmes, de détresse, de mélancolie, de cafard… l’accompagnera durant ces deux années. C’est un retour sur son histoire familiale, sur ses souvenirs, que nous fait partager EES, à travers cet amour possessif, exclusif, fusionnel qu’il portait à sa mère. Par ailleurs, il éprouvait une détestation viscérale envers son père. Propos lumineux, rempli de tendresse, d’émotion, de sensibilité, de sagesse, de passion, de douleur… mais également d’humour et de poésie, comme toujours, et surtout d’amour absolu. Thème universel, puisque nous avons été, serons, sommes, concernés par la perte d’un être cher. Nous ne pouvons, face à cet événement, agir et réagir qu’en fonction de notre éducation, notre ressenti, notre sensibilité, notre rapport à la mort… Voir moins Oriane - Le 19 octobre 2020 à 10:31
    Félix et la source invisible |

    Félix et la source invisible Schmitt, Eric-Emmanuel. Auteur

    Croyance 3/5 Pour tenter de guérir sa mère tomber dans une lourde dépression, Félix, avec l’aide de son "oncle"» et du "Saint-Esprit" va remonter aux sources et au... Voir plus Pour tenter de guérir sa mère tomber dans une lourde dépression, Félix, avec l’aide de son "oncle"» et du "Saint-Esprit" va remonter aux sources et aux origines de l’histoire familiale de sa mère (donc également de lui-même) en effectuant ce parcours initiatique en Afrique. Comment se réconcilier avec le monde de ses origines, le monde extérieur lié au déracinement et vécu parfois difficilement, le monde intérieur du "soi" (qui fait l’individu dans son identité réelle), avec sa spiritualité, tout simplement en se reconnectant et se réconciliant avec le "monde invisible" des esprits, en retrouvant cette symbiose perdue. L’approche est poétique, philosophique, enchanteresse, indulgente, bienveillante, humaniste. Les personnages sont sympathiques dans leur exotisme, parfois truculents, parfois fantasques, c’est la touche humoristique et amusante qui rend encore plus charmante cette histoire. La lecture est agréable, simple et facile. Voir moins Oriane - Le 19 octobre 2020 à 10:26
    L' Immortalité |

    L' Immortalité Kundera, Milan. Auteur

    Intuitif 4/5 Qu’est vraiment, réellement, l’individu, naviguant entre ce « soi » et cette « image de soi » et qui peine à « se trouver ». Où se situe-t-il ! Ce che... Voir plus Qu’est vraiment, réellement, l’individu, naviguant entre ce « soi » et cette « image de soi » et qui peine à « se trouver ». Où se situe-t-il ! Ce chemin indéfini (l’immortalité) sur lequel nous embarque Kundera, montre que le soi, mortel, n’est que le verso de l’image qui prend le pas sur l’être et qui désire, ambitionne, prétend, à l’immortalité. L’Homme désire atteindre cette immortalité (consciemment ou inconsciemment). L’image qu’il donne de lui-même est-elle donc réellement ce qu’il est et ne se perd-t-il pas en tant « qu’être » ! Comment devenir « immortel » alors que nous sommes mortels ! Par la mémoire des autres, par l’Histoire, par la littérature… Réflexion sur notre monde, sur la société, sur la culture dans son ensemble, sur nous-mêmes, donc sur « l’autre ». Comme le dit Kundera à un moment du livre… il est difficile de le "raconter". Je l'ai plus ressenti et compris, intérieurement, intrinsèquement. Voir moins Oriane - Le 23 septembre 2020 à 13:25
    La Sagesse expliquée à ceux qui la cherchent |

    La Sagesse expliquée à ceux qui la cherchent Lenoir, Frédéric. Auteur

    Accessible 3/5 Très agréable à lire, facile et abordable pour tous et toutes. Il n’est pas, sauf à ne pas le vouloir, difficile de tendre vers cette "sagesse", vers ... Voir plus Très agréable à lire, facile et abordable pour tous et toutes. Il n’est pas, sauf à ne pas le vouloir, difficile de tendre vers cette "sagesse", vers une vie "bonne et heureuse", vers un certain idéal et ce, sans tomber dans une naïveté béate. Se connaître, s’adapter, accepter ce qui est, ce qu’on ne peut changer ni transformer, accepter l’autre dans sa différence… mais encore une fois ne jamais oublier que tout cela reste très fragile et peut toujours se déliter en fonction des circonstances (sociale, économique, géopolitique, etc.). J’aime cette définition de la sagesse par rapport à la philosophie évoquée Lenoir. La sagesse qui porte en son sein une forme de spiritualité, un questionnement existentiel et qui ne doit pas être confondue avec des croyances religieuses, ce que font parfois des philosophes ou des scientifiques, méprisant ce terme et distillant leurs pensées avec préciosité. Ce sont deux concepts, deux notions, deux représentations complémentaires, qui peuvent se nourrir l’une de l’autre et qu’il est fort dommage, parfois, d’opposer. Apprendre aux plus jeunes cette notion de "sagesse" (qui peut conduire à la philosophie) est fantastique car la jeunesse est encore "pure", non conditionnée (en général bien sûr) par l’environnement familial, culturel, scolaire… elle est ouverte au monde, à leur intériorité, à leur âme, à leur être. Le futur ne leur appartient-il pas ! Voir moins Oriane - Le 20 septembre 2020 à 16:01
    Lèvres de pierre : nouvelles classes de littérature |

    Lèvres de pierre : nouvelles classes de littérature Huston, Nancy. Auteur

    Parallèle 3/5 L’auteure fait le parallèle entre sa jeunesse et celle de Saloth Sâr, futur Pol Pot dans une époque où tout était possible, où une forme de nouvelle c... Voir plus L’auteure fait le parallèle entre sa jeunesse et celle de Saloth Sâr, futur Pol Pot dans une époque où tout était possible, où une forme de nouvelle contestation se réveillait chez la jeunesse, portée aussi par les intellectuels. Sans excuser l’innommable concernant Pol Pot, on peut comprendre, en suivant leur parcours souvent instable, souvent en manque de repères, souvent en quête de reconnaissance, comment chacun a pu se construire. Fort heureusement, la « transformation » mentale de l’individu (se sentant exclu d’une manière ou d’une autre, incompris, mal-aimé…) ne débouche pas systématiquement sur la création d’un futur despote. L’enfance et l’adolescence de ces deux protagonistes (« libre » pour l’une, castratrice, méprisante pour l’autre) vont définir ces deux destins qui auraient pratiquement pu ne devenir qu’un dans la violence, la dictature de pensée, la cruauté. Ils découvrent l’engagement et la conscience politique, (à travers la « lutte des classes », la dominance et prédominance des hommes de pouvoir et de la richesse, l’injustice…) en France. L’utilisation de leur corps, de leur sexualité (hétéro et/ou homo) aura un impact également sur leur construction mentale, elle servira parfois leurs intérêts, conscients ou inconscients mais sera aussi destructrice. Leur sentiment d’être exploité par un système archaïque va les faire basculer, chacun à leur façon, dans le camp des oppresseurs. Elle devient une féministe intolérante, exècre les hommes… Mais ce qui se traduit certainement à travers ce rigorisme et ses excès, c’est une détestation d’elle-même. Lui devient le révolutionnaire radical, totalitaire, génocidaire que l’Histoire retiendra. C’est un roman qui se lit très facilement et très agréablement grâce à un style fluide et aéré. Ce rapprochement entre ces deux destins est intéressant, cette comparaison nous montre que le fil de la vie sur lequel nous marchons et nous tenons est très fragile et que le choix de devenir ou pas un « méphistophélique » ne tient qu’à peu de chose. Voir moins Oriane - Le 17 septembre 2020 à 12:41
    L'Affaire du ticket scandaleux |

    L'Affaire du ticket scandaleux Lieron, Cyril. Adaptateur

    Original 4/5 Surprenant cette façon de traiter ce qui se passe à l’intérieur du cerveau de Sherlock Holmes et sa logique interne et très personnelle, dans une form... Voir plus Surprenant cette façon de traiter ce qui se passe à l’intérieur du cerveau de Sherlock Holmes et sa logique interne et très personnelle, dans une forme très originale. Les graphismes sont étonnants de réalisme, les croquis insolites, c’est une belle réalisation, foisonnante de détails et on a vraiment l’impression d’être et de vivre à cette époque de l’Angleterre victorienne. J’aime beaucoup le façonnage de la couverture découpée en trompe-l’œil, que je trouve très stylée et esthétique. C’est d’ailleurs elle qui m’a attirée pour découvrir cette BD, n’étant pas une spécialiste de celle-ci (hormis la lecture de certains classiques ; Astérix, Tintin, Boule & Bill, Alix, Les Tuniques bleues, Rahan, Spirou…) c’est donc une belle découverte sur le thème de Sherlock. Voir moins Oriane - Le 14 septembre 2020 à 10:21
    Les Corps étrangers |

    Les Corps étrangers Delareux, Vincent

    Rejet 3/5 En partant du thème de l’homosexualité, du rejet, de la différence, cette lecture nous emmène aussi à porter notre réflexion en nous interrogeant sur ... Voir plus En partant du thème de l’homosexualité, du rejet, de la différence, cette lecture nous emmène aussi à porter notre réflexion en nous interrogeant sur la discrimination (sous toutes ses formes), sur ce qu’est l’identité, la norme dans nos sociétés qui souvent imposent un « code » à l’individu. Les conséquences de ce rejet (homosexuel ou autre) parental, sociétal… va livrer des jeunes à l’errance (la rue), la prostitution, l’esclavagisme moderne (séquestration), la souffrance (physique et/ou psychologique), la violence. Comment se révéler, comment accepter ce que l’on est, comment survivre aux épreuves… à la peur, à l’exclusion, certainement grâce à l’amour et à une grande force de caractère. Cette histoire est dure, brutale, violente certes, mais en filigrane il y a de l’amour, de l’espoir, de l’émotion. L’utilisation dans les titres des chapitres de termes évoquant des maladies (l’homosexualité en serait-elle une [sic]) est originale et décrit parfaitement la douleur qu’éprouvent les personnages dans leur corps et dans leur cœur. La lecture est souple, précise, fluide. Ce jeune auteur, en devenir, devrait trouver sa place parmi les écrivains de talent… si l’opportunité lui en est laissée ! Voir moins Oriane - Le 12 septembre 2020 à 14:26
    Les Bienveillantes |

    Les Bienveillantes Littell, Jonathan. Auteur

    Puissant 4/5 Cette lecture, dense, dure, froide, intense, tragique, orgiaque, onirique, obsessive, sexuelle, onanique, crue, anxiogène mais aussi méticuleuse dans ... Voir plus Cette lecture, dense, dure, froide, intense, tragique, orgiaque, onirique, obsessive, sexuelle, onanique, crue, anxiogène mais aussi méticuleuse dans les détails, sereine dans l’horreur et si réaliste, m’a laissé… étourdie, hébétée, avec un sentiment âcre et âpre. Un peu de temps m’a été nécessaire pour "réintégrer" ma vie normale, cela dit "normale" par rapport à quoi ! Immense travail de documentation où, sur le plan historique, j’ai beaucoup appris, n’ayant pas vraiment étudiée la partie "russe" de ce conflit, les différentes populations, les différents langages, dialectes, les accointances, les accords politiques, contraints ou non, entre les pays, régions, cultures… J’ai pourtant beaucoup lu sur cette période. J’ai plus d’une fois cru, pensé, que ce personnage avait véritablement existé et qu’il racontait vraiment ses mémoires, cela aussi a dû contribuer à me perturber… car je m’implique toujours totalement dans les personnages, donc je vis, ressens ce qu’ils peuvent vivre, ressentir… que ce soit en "bien" ou en "mal" ! Cet homme, cultivé, intelligent, instruit va pourtant participer, côtoyer les pires horreurs, tout en restant dans ses certitudes, convaincu que tout est juste, normal et devant être accompli, pour la grandeur de sa "race", connaît-il seulement ses propres motivations, on a parfois la sensation qu’il s’agit d’un opportuniste, qui navigue là où le vent le pousse… Pourtant il sera, en permanence, tiraillé par une forme de conscience, de morale, d’éthique l’alertant que, peut-être, tout n’est pas forcément binaire, ce qui le rend complexe dans sa psychologie. Une forme de somatisation et de rejet inconscient va se développer, par "l’expulsion" vomitifs et diarrhéiques dont il souffrira. Il cherchera pourtant, en permanence, à s’absoudre de tout, à rester "extérieur" à ce qui se passe, à une "non action", hormis certains moments imposés, à ne pas se justifier, à ne pas rendre de compte, ce qui le conduira à un comportement névrotique. On appréhende bien cet aspect ordinaire des bourreaux, victimes ensuite, et vice-versa, car effectivement qui peut dire qu’il ne sera jamais l’un ou l’autre, chaque humain mis face à une situation extraordinaire, imposée par un système (surtout si on y adhère) et quel qu’il soit, peut-il être sûr qu’il ne sera pas ce "monstre" d’un moment, car seul l’Homme en est responsable. Et le "mal", banalisé dans le roman, n’est le "mal" que du point de vue des vainqueurs. Un rappel pour nous souvenir qu’il n’y a qu’une seule Humanité. Les seuls moments où je me suis un peu ennuyée, ont été ces pages où l’auteur décrit les rêves, les cauchemars du personnage (ses fantasmes sexuels), les moments où le personnage sombre dans une forme de délire, de transe, de folie (liée certainement aussi à l'amour inconditionnel et incestueux qu'il porte à sa sœur et qui n'est plus partagé, en tout cas pas sur le même plan). L’écriture reste toujours extrêmement forte et précise. Voir moins Oriane - Le 12 septembre 2020 à 14:05
    Mon chèque |

    Mon chèque Carrière, Jean-Claude. Auteur

    Inaccompli 2/5 Quel talent… d’escroc… prodigué par le producteur du personnage (JCC je suppose) pour échapper au règlement d’un travail fourni (suite à la remise d’u... Voir plus Quel talent… d’escroc… prodigué par le producteur du personnage (JCC je suppose) pour échapper au règlement d’un travail fourni (suite à la remise d’un scénario). Cet homme est un véritable magicien de l’esquive, extrêmement ingénieux et inventif… son talent de comédien aurait même pu lui permettre de tourner dans un film ! Comment donc récupérer ce fameux chèque… cette quête permanente finie par être agaçante et oppressante. Le personnage donne l’impression désagréable d’être toujours dans les nuages, d’être trop serviable, limite gentillet, trop faible. On se demande à quel moment il va, enfin, se révolter et agir. Les producteurs sont dépendant des artistes (car sans script viable pas d’investisseur) et réciproquement. Bref, l’homme d’argent finira quand même par subir un cruel retournement de situation (affaire Madoff) mais comme dit le diction « chassez le naturel il revient au galop » le sphinx renaîtra de ses cendres. Voir moins Oriane - Le 13 août 2020 à 08:51
    Vous plaisantez, Monsieur Tanner |

    Vous plaisantez, Monsieur Tanner Dubois, Jean-Paul. Auteur

    Amusant 2/5 Les malheurs et les déboires de ce monsieur Tanner vont commencer lors des travaux de rénovation décidés suite à l’héritage d’une grande et vieille ma... Voir plus Les malheurs et les déboires de ce monsieur Tanner vont commencer lors des travaux de rénovation décidés suite à l’héritage d’une grande et vieille maison. On alterne entre les chroniques sur le travail et les portraits des personnages de tous corps de métiers intervenant sur le chantier. C’est drolatique à souhait… couvreurs sans outils malhonnêtes et incompétents, électriciens mystiques, plombier distrait, peintre en bâtiment « artiste » raté, etc. Son karma serait-il donc responsable de l’accumulation des catastrophes qu’il va subir ? lol En même temps beaucoup de lecteurs devraient se reconnaître dans ses infortunes… non ? Sans être transcendant, l’autodérision, l’humour et la légèreté du livre nous le rend distractif. Voir moins Oriane - Le 13 août 2020 à 08:43
    Rhinocéros |

    Rhinocéros Ionesco, Eugène

    Fable 4/5 Métaphore, fable, de la montée du totalitarisme. Le choix personnel qui peut se poser, suivre la masse ou garder ses convictions, ses valeurs humaines... Voir plus Métaphore, fable, de la montée du totalitarisme. Le choix personnel qui peut se poser, suivre la masse ou garder ses convictions, ses valeurs humaines en résistant malgré d’éventuelles conséquences. Peut-on rester soi-même face à un entourage qui accepte de se transformer ! La thématique de la normalité, du conformisme, de la résistance au pouvoir, à la pression sont abordées. La transformation de l’individu « normal » au départ et qui peut se laisser influencer, se transformer et devenir le « pire ». Les déceptions, les frustrations poussent certains vers ce choix et prennent le pas sur l’éthique, la morale, l’humain. Voir moins Oriane - Le 10 août 2020 à 11:14
    Le Syndrome de l'hippocampe |

    Le Syndrome de l'hippocampe Brisby, Zoe. Auteur

    Détente 2/5 Roman qu’on doit appeler « feel good » (même si je n’aime pas trop ce terme) drôle, pétillant, sensible, loufoque, mais qui cache sous une forme de lé... Voir plus Roman qu’on doit appeler « feel good » (même si je n’aime pas trop ce terme) drôle, pétillant, sensible, loufoque, mais qui cache sous une forme de légèreté de la profondeur et de l’émotion. Il aborde certains sujets sérieux et toujours d’actualité : la maternité, l’aide à la maternité (en passant par une clinique de la fertilité), l’écologie, l’amitié… Egalement, le regard porté par la société sur la femme célibataire et sans enfant, qui peut faire peser sur celle-ci une certaine culpabilité car peut-on être épanouie sans être mère ! Le désir d’être mère doit-il conduire à vouloir choisir son futur enfant sur catalogue, avec des critères de sélection précis… la question de l’eugénisme pouvant se poser… Les personnages sont tous attachants, originaux, un peu trop parfais, ça fait rêver ! On suit le parcours de ces deux jeunes femmes, leur aventure, en découvrant le Danemark (là aussi, on croirait le pays du rêve… tout à l’air d’y être parfait, on aurait envie de s’y installer !). Chacun, en quête de soi, va finir par trouver sa voix, se reconstruire à travers chacune des rencontres, qui, misent sur le chemin des protagonistes va leur permettre de se révéler, de trouver leur réponse intérieure, leur vérité. Pour l’anecdote, j’ai adoré le chat « Léopold Ier »… Voir moins Oriane - Le 10 août 2020 à 11:13
    Aurais-je été résistant ou bourreau ? |

    Aurais-je été résistant ou bourreau ? Bayard, Pierre. Auteur

    Doute 3/5 Comment aurions-nous agis, ou pas, dans un monde totalement bouleversé, chaotique et face à des circonstances exceptionnelles, quand un monde connu s’... Voir plus Comment aurions-nous agis, ou pas, dans un monde totalement bouleversé, chaotique et face à des circonstances exceptionnelles, quand un monde connu s’écroule et que les valeurs anciennes n’existent plus… Exercice difficile qui consiste à se replacer dans un contexte complètement bouleversé. Quelles auraient pu être les circonstances amenant soit à résister, soit à rester passif, soit à devenir bourreau… la frontière est si fragile et la bifurcation d’un changement est souvent due au hasard… à une rencontre… à une coïncidence… à un instant T. Sommes-nous prédestiné à choisir une voie plutôt qu’une autre ! En fonction de son vécu personnel, de sa créativité, des valeurs personnelles (empathie, éthique, morale, indignation face à l’horreur), de son éducation, de l’image de soi, de l’image qu’on souhaite donner aux autres, de l’obéissance à l’autorité, du conformisme… Et surtout la peur, prédominante pour se définir et choisir sa voie personnelle. Face à une situation extrême, la « personnalité potentielle » de l’individu peut se révéler et basculer dans la violence comme dans la résistance. Livre agréable, écriture étudiée et s’appuyant sur des références très intéressantes et permettant d’approfondir chacun des points étudiés. Voir moins Oriane - Le 25 juillet 2020 à 20:43
    Underground railroad |

    Underground railroad Whitehead, Colson. Auteur

    Humain 3/5 A travers « l’underground railroad » (allégorie utilisée pour évoquer ce réseau de routes clandestines) l’auteur nous montre comment et à quel prix de... Voir plus A travers « l’underground railroad » (allégorie utilisée pour évoquer ce réseau de routes clandestines) l’auteur nous montre comment et à quel prix des esclaves ont pu s’échapper des plantations du Sud des Etats-Unis et retrouver pour certain un refuge, une liberté dans les Etats du Nord ou au Canada, grâce à ce réseau mis en place par des blancs abolitionnistes, dont certains paieront de leur vie l’aide apportée. L’hypocrisie de cette Amérique (ayant déjà spolié les indiens de leur terre), la violence utilisée, les atrocités de ces propriétaires blancs envers les noirs, considérés comme des sous-hommes, n’ayant aucune valeur intrinsèque en tant qu’humain, est décrit sobrement et sans jamais tomber dans l’obscénité, le sensationnel. On y appréhende les fondements du racisme envers ce peuple, qui aura malgré tout cette volonté de vivre dans ce monde qui les rejette. Les sentiments sont forts, positifs (l’aide, l’entraide…) comme négatifs (la délation, la dénonciation, entre esclaves aussi parfois...), l’histoire est puissante, très bien documentée et sans concessions. Il restera pourtant, pratiquement chez tous, de profondes souffrances intérieures car comment s’approprier la « liberté » quand on a été marqué à vie, psychiquement, psychologiquement, physiquement, dans sa chair… comment trouver sa place d’être humain, né noir, aux Etats-Unis. Voir moins Oriane - Le 20 juillet 2020 à 14:11
    Treize raisons |

    Treize raisons Jay Asher. Auteur

    Adolescence 3/5 Le suicide, le harcèlement, la perte de soi, de son image, le viol, ce livre aborde ce que peuvent subir certains jeunes au lycée, la bêtise de certai... Voir plus Le suicide, le harcèlement, la perte de soi, de son image, le viol, ce livre aborde ce que peuvent subir certains jeunes au lycée, la bêtise de certains, les inconséquences, les comportements stupides pour être accepté, aimé du clan, du collectif… toutes ces déviances dont la jeunesse n’a parfois pas conscience et qui peut provoquer chez les plus sensibles, l’isolement, la déstructuration intérieure, la perte de soi et de son image. Le pouvoir de la rumeur, le regard des autres, les conséquences de certains actes, cette accumulation finit par devenir insupportable à vivre au quotidien et elle porte en elle le rejet de soi-même. La seule libération de cette grande souffrance intérieure ne trouvera sa solution que par une fuite en avant dont la finalité sera le choix de l’acte ultime qu’est le suicide. On suit cette ado, on subit avec elle son désarroi, sa propre perte de valeur, sa tentative aussi de demander de l’aide, d’une manière indirecte, et qui ne trouvera pas la main tendue qu’elle espérait. Roman juste, touchant, sensible, où l’on éprouve parfois un certain malaise. Voir moins Oriane - Le 20 juillet 2020 à 14:08
    Les Particules élémentaires |

    Les Particules élémentaires Houellebecq, Michel. Auteur

    Réalisme 3/5 Descriptif cynique, dépressif, absurde, caustique, dérangeant, désabusé, triste, pessimiste, cru, violent mais extrêmement juste et pertinent de l’êtr... Voir plus Descriptif cynique, dépressif, absurde, caustique, dérangeant, désabusé, triste, pessimiste, cru, violent mais extrêmement juste et pertinent de l’être humain, grand prédateur sexuel et cohabitant avec ses plus bas instincts, sa lâcheté, sa petitesse, ses bassesses, ses échecs, ses compromissions, son angoisse de la mort… Le dégoût de soi, du monde, de notre société pervertie, l’immoralité, l’immortalité vers laquelle l’Homme tend jusqu’à l’utopie réalisée en créant un « autre », génétiquement modifié, libéré de la procréation mais pas du plaisir sexuel. Voir moins Oriane - Le 20 juillet 2020 à 14:06
    A la ligne : feuillets d'usine |

    A la ligne : feuillets d'usine Ponthus, Joseph. Auteur

    Surprise 3/5 L’univers du travail à la chaîne, le travail des ouvriers, le travail précaire des intérimaires, le travail « choisi » par dépit plutôt que de devenir... Voir plus L’univers du travail à la chaîne, le travail des ouvriers, le travail précaire des intérimaires, le travail « choisi » par dépit plutôt que de devenir chômeur. L’extrême fatigue, liée aux gestes et tâches répétitives effectués pendant des heures, détruisant et abîmant le corps et le travail de nuit qui épuise. Les doutes, la souffrance qu’on supporte... les bruits, les odeurs, le sang, la mort… mais aussi l’espoir qu’on garde au cœur. Ce livre, chronique quotidienne, nous entraîne dans ce monde méconnu et violent. Il y a de la poésie, de la musique, de l’humour dans cette syntaxe inhabituelle ou chaque phrase exprime chaque moment, vécu chaque heure, chaque jour. Le rythme de ces vers sans ponctuation est vif et cadencé. Voir moins Oriane - Le 20 juillet 2020 à 14:01
    Le Manuscrit inachevé |

    Le Manuscrit inachevé Thilliez, Franck. Auteur

    Illusion 3/5 Frissons garantis. Fonctionne un peu comme les poupées russes, une histoire s’imbrique dans une autre… un roman jamais achevé par l’auteur et qui le ... Voir plus Frissons garantis. Fonctionne un peu comme les poupées russes, une histoire s’imbrique dans une autre… un roman jamais achevé par l’auteur et qui le sera par le fils. Deux enquêtes simultanées s’imbriquent. Où l’on navigue dans un milieu très fermé et monstrueux… perversité, voyeurisme, sadomasochisme, torture, ultra violence dans le sexe, paroxysme des fantasmes conduisant à la mort. Et toujours le lien avec l'enfance et la souffrance, le rejet... Haletant, palpitant, et surtout stressant, les nerfs sont mis à rude épreuve, les faux-semblants, la manipulation permanente nous fait passer du chaud au froid, ce qui quelque part donnerait envie de passer directement à la fin du livre pour être enfin délivré. Livre à énigme, jeu d’illusions, on cherche les indices disséminés çà et là pour nous amener au dénouement final. Voir moins Oriane - Le 20 juillet 2020 à 13:52
    La Dévoration |

    La Dévoration Estienne d'Orves, Nicolas d'. Auteur

    Fatalité 3/5 Puissant, dérangeant… tourmenté… « mordant »… sanglant… Malsain ? Perversité ? Fascination ? On peut se laisser envahir par un sentiment de malaise… m... Voir plus Puissant, dérangeant… tourmenté… « mordant »… sanglant… Malsain ? Perversité ? Fascination ? On peut se laisser envahir par un sentiment de malaise… mais l’humain n’est-il pas « ça »… cette part d’ombre qui n’en est pas une, qui est peut-être la véritable nature de ce que nous sommes intrinsèquement… la « dévoration » prend tout son sens dans la seconde partie du livre. Personnage entouré de femmes plutôt dominantes… sa grand-mère, sa mère, son éditrice, sa meilleure amie… et son père à qui il n’adresse plus la parole et qui sera à l’origine de sa « transformation ». L’histoire familiale, en parallèle du livre, (en l’occurrence cette famille de bourreaux de père en fils depuis 13 siècles) peut-elle être une prédestination d’un futur destin, d’une future construction psychologique ? Peut-on parler de prédestination ? Ce personnage, qui est déjà un prédateur à sa façon, va se fondre et « devenir » un personnage ayant réellement existé, parce qu’on lui demande de se renouveler et de devenir lui-même dans l’écriture… véritable nature ou déterminisme familial ? Voir moins Oriane - Le 20 juillet 2020 à 13:39
    Du bonheur : un voyage philosophique |

    Du bonheur : un voyage philosophique Lenoir, Frédéric. Auteur

    Reconstituant 3/5 Livre plein de vie, revigorant… Difficile de vivre mieux et surtout d’apprendre à être heureux ou en tout cas à tenter de se persuader qu’on peut essa... Voir plus Livre plein de vie, revigorant… Difficile de vivre mieux et surtout d’apprendre à être heureux ou en tout cas à tenter de se persuader qu’on peut essayer car on en a le droit… par un raisonnement différent… et surtout se rendre compte que ça part vraiment de nous… au-delà de l’éducation, de notre environnement familial ou extérieur… nous décidons par nos réflexions… nos « non réflexions » aussi… nous décidons de ce que nous voulons vivre, ressentir, devenir… être… Aimer la vie, sans jugement, avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines… oui, prendre ce qui vient, dépasser nos peurs, nos angoisses… accepter ce qui est et que nous ne pouvons changer… accepter la vie mais aussi accepter la mort… Comme il l’évoque à un moment : ne pas confondre la souffrance avec le malheur… Voir moins Oriane - Le 20 juillet 2020 à 13:19
    Fendre l'armure |

    Fendre l'armure Gavalda, Anna. Auteur

    Tendresse 3/5 Sept histoires sur la solitude, la souffrance, la peur de se dévoiler, de s’ouvrir aux sentiments, de se dire… jusqu’au moment où le hasard d’une renc... Voir plus Sept histoires sur la solitude, la souffrance, la peur de se dévoiler, de s’ouvrir aux sentiments, de se dire… jusqu’au moment où le hasard d’une rencontre, d’un événement, d’une discussion, de la nuit parfois, le noir permettant de se « libérer », viennent aider à enfin « fendre l’armure ». Traité avec délicatesse, humanité, tendresse. C’est du Gavalda, toujours dans la nuance, la subtilité, l’équilibre. Voir moins Oriane - Le 07 juillet 2020 à 09:44
    Le Voyage d'hiver |

    Le Voyage d'hiver Nothomb, Amélie. Auteur

    Songe 3/5 L’amour obsessionnel, sa blessure, sa souffrance, sa frustration… parce qu’on y projette ses désirs, son particularisme, son idéal… et qui peut condui... Voir plus L’amour obsessionnel, sa blessure, sa souffrance, sa frustration… parce qu’on y projette ses désirs, son particularisme, son idéal… et qui peut conduire à l’irréversible, à l’irréparable… Le sacrifice, la manipulation, l’hypocrisie participent aussi à cet engrenage. Est aussi évoqué la différence, le handicap, à travers cette « autre », écrivaine reconnue, élément pensé responsable de cet impossible amour. Les psychotropes permettant d’atteindre une dimension différente, supérieure ? Métaphore psychédélique… la réalité se transforme en fiction, devient la fiction, ou la fiction est-elle réalité ! Une touche d’humour, de dérision et d’absurde accompagnent cette courte histoire. Encore une fois, certainement plusieurs compréhensions sont possibles. Ce trio représenterait-il les multiples facettes d’une même personne, en l’occurrence l’auteure ! Voir moins Oriane - Le 30 juin 2020 à 08:26
    La Dictatrice |

    La Dictatrice Ducret, Diane. Auteur

    Utopie 3/5 Que ferait une femme, visionnaire, lucide, intelligente si elle arrivait au pouvoir démocratiquement pour sauver l’Europe. Ce récit, assez inquiétant ... Voir plus Que ferait une femme, visionnaire, lucide, intelligente si elle arrivait au pouvoir démocratiquement pour sauver l’Europe. Ce récit, assez inquiétant finalement, va nous le faire découvrir. L’ascension d’Aurore et la fascination qu’elle va déclencher jusqu’à l’idolâtrie, va amener l’Europe à la reconstruction et de nouveau à la destruction. Toutes les anciennes valeurs européennes ayant conduites à la haine, à l’exclusion, à la violence, aux conflits, seront détruites (l’injustice, le néo-libéralisme, le matérialisme, le profit, le laxisme, la culture, l’éducation, etc.). Sera imposé, pour reconstruire et rebâtir cette nouvelle Europe, la vision a priori très humaniste de cette femme. Par « l’eunomie » - et pour le bien de l’Humanité, de l’être humain dans sa valeur intrinsèque - y est repensé la place de la Femme dans la société, la sexualité, l’amour, la procréation, la démocratie, le rapport aux autres, l’écologie, la médecine, la politique, la liberté, l’éducation, le travail, la redistribution des richesses… Une période d’euphorie et d’équilibre apparaît et puis, tout se délite de nouveau, la destruction de l’économie, la misère, la peur, la guerre, tous les fantômes d’un passé révolus resurgissent… Mais ce pouvoir totalitaire demande aussi l’obéissance, la soumission, l’adhésion absolue au « régime », des moyens coercitifs sont mis en place pour gérer les récalcitrants, création de camps de rééducation, disparition d’opposants. L’utilisation de prisonniers utilisés comme cobayes pour l’expérimentation médicale, destinée en particulier à supprimer la douleur physique et mentale, sera autorisée… Aurore porte en elle une solitude, un vide mais aussi une part d’ombre qui lui fait peur. On ne peut que se souvenir d’un pan de notre histoire commune mondiale et espérer que ce livre ne sera qu’un roman d’anticipation et non un futur possible ! Voir moins Oriane - Le 29 juin 2020 à 15:49
    Passage du désir |

    Passage du désir Sylvain, Dominique. Auteur

    Duo 3/5 Rencontre improbable entre une ex commissaire et une masseuse, deux personnalités opposées, mais formant un duo atypique et détonant. Humour, énergie,... Voir plus Rencontre improbable entre une ex commissaire et une masseuse, deux personnalités opposées, mais formant un duo atypique et détonant. Humour, énergie, simplicité… nombre de personnages et de dialogues (comportant des descriptions de leurs univers respectifs et de leur personnalité) souvent riches et détaillés. Une enquête bien menée, avec efficacité, même si le plus important n’est pas forcément cette investigation… On se balade aussi dans ce quartier de Paris, malgré ce côté noir, avec plaisir. Lecture agréable et divertissante. Voir moins Oriane - Le 29 juin 2020 à 15:44

Agenda

Heure du conte |

Heure du conte

Localisation Médiathèque René-Cassin | Catégorie L'heure du conte

  • - Le 02/12/2020 de 15:30 à 16:30

Les mercredis après-midi, les bibliothécaires font découvrir des histoires et des contes aux enfants âgés de 4 ans et plus. Ce moment de lecture est suivi par une activité manuelle.

Mar'Mots contes |

Mar'Mots contes

Localisation Médiathèque René-Cassin | Catégorie Mar'mots contes

  • - Le 05/12/2020 de 10:30 à 11:00

Ce temps de lecture s'adresse aux enfants de 2 à 3 ans accompagnés d'un adulte.

Bienvenue à la médiathèque René-Cassin